Traiter l’angoisse de mort efficacement

Angoisse de mort

Même si on sait que la mort est une étape à laquelle tout être humain doit y passer, certaines personnes semblent la redouter fortement. En effet,  en elles, cette peur constante peut générer des problèmes au niveau spirituel et comportemental. Ainsi, savoir surmonter cette angoisse de mort représente un défi de taille pour chaque être concerné.

Qu’est ce que l’angoisse de mort en réalité ?

Tout être humain sait qu’après la vie il y a logiquement la mort. Si certaines personnes s’accommodent réellement à cette idée, d’autres semblent moins conciliants à un point d’en être vraiment apeuré. Il ne s’agit pas de la mort en elle-même mais de la peur du  trajet qui mène à elle à un point d’oublier de vivre. En effet, dans des études approfondies, des spécialistes comme dans  fredericarminot.com ont trouvé que cette angoisse de mort pouvait engendrer beaucoup de choses : perte d’énergie et de vitalité, perte de confiance en soi, frein à toutes actions, perturbations et insomnies, crise de panique et d’angoisse fréquentes souvent non fondées et parfois irrationnelles…Cette peur de mourir peut parfois conduire à une incapacité de vivre normalement sa vie.

L’angoisse de mort se présente sous plusieurs formes. Premièrement,  la personne a cette peur permanente que le ciel lui tombe sur la tête ou qu’une voiture peut la heurter à tout instant : en vrai, elle pense que où qu’elle aille, elle n’est plus en sécurité et qu’il y a toujours un danger imminent. Deuxièmement, la personne peut avoir peur de cesser d’exister tout simplement. Peut être parce que sa vie lui plaît beaucoup et que tout d’un coup ce qu’elle aime va disparaître ? Ce qui est certain c’est que trouver la cause de cette thanatophobie peut conduire à un traitement.

Trouver la source de votre peur

Les personnes qui rencontrent ce genre de problème disent souvent cette phrase « j’ai peur de la mort ». Pour trouver quel antibiotique approprié le médecin doit prescrire, il faut d’abord qu’il sache quel type de bactérie a causé l’infection. Ainsi, trouver la cause de la peur de la mort pourrait conduire à un traitement efficace. Cette étape semble parfois terrorisante car elle implique de revivre volontairement ce qui a traumatisé.  Il peut s’agir de la perte subite d’un être cher ou proche durant l’enfance. C’est pendant cette période que les coups de la vie sont les plus marqués. Il peut résulter également d’un manque que l’on a réussi à combler au final et qu’on a absolument peur de perdre comme une situation sociale, une vie de rêve…Il arrive aussi parfois qu’on ait peur tout simplement de perdre le contrôle de la vie ou de ne pas avoir son mot à dire. Autant de raisons qui poussent à avoir des pensées obsessionnelles, différentes phobies, ou  des crises d’angoisses. Le problème c’est que cette peur empêche réellement de vivre, d’une manière ou d’une autre. En effet, il constitue un obstacle à l’épanouissement et à la progression dans tous les domaines : sentimentaux, financiers, humanitaires, sociaux…

Se prendre en charge et progresser

Après avoir s’être rendu compte du fondement de votre phobie de la mort, il est temps de vous prendre en charge. Il faut commencer par vous accepter tel que vous êtes et éviter de foncer dans le tas en ignorant la source du problème. Apprendre à gérer constitue la base car c’est une belle manière de concrétiser l’étape de la conscientisation. Ensuite, lâcher prise peut s’avérer être utile surtout pour les personnes qui ont cette fâcheuse tendance de tout vouloir contrôler. Il faut plutôt se concentrer sur ce qu’on peut maîtriser comme le fait qu’on soit en bonne santé en faisant attention à ce qu’on mange par exemple! Mais ce qu’il faut surtout c’est une bonne dose de confiance en soi,  essayer de profiter de la vie, tenter quelque chose de nouveau, bref se prendre en main jour après jour.

Se faire aider n’est pas une mauvaise idée également. Pour ce faire, vous pouvez vous rapprocher encore plus de ce qui vous est cher et leur partager vos soucis. Dans certains cas, une consultation chez des coachs comportementaux ou chez un psychanalyste peut s’avérer plus judicieux. Avec des méthodes qui leur sont propres, ils guident leur patient  dans cette lutte contre le fait d’avoir peur de la mort qui paralyse leur vie.